Pierre Dugua, le sieur de Mons

On sait très peu des premièresannées de Pierre Dugua. L'huguenot français (1560-1628) s'est distinguéen se battant pour la cause du roi Henri IV pendant les guerres de religion en France.

Ayant cette réputation, il s'est fait de bons liens à la Cour et a réussi à se procurerun monopole de la traite des fourruresen Acadie, une région immense de l'Amérique du Nord aujourd'hui. Cette région commençait au 40ième parallèle et s'étendait jusqu'au 46ième.

La traite des fourrures était de grande valeur parce que les peaux de castor utilisées pour les chapeaux en feutre en Europe étaient très recherchées. En 1604, Dugua a formé une compagnie de marchands et a mené un groupe de colons français, y compris Samuel Champlain, en Amérique du Nord.

Ils se sont établis sur l'île Sainte-Croix, dans l'intention de réclamer la région pour la France, de trouver la route de traite illusoire vers la Chine, de chercher les minéraux précieux comme la cuivre, et de profiter de la traite dans la région même. Ils se chargeaient aussi de convertir les Premiers Peuples au chistianisme.

L'île Sainte-Croix, dans la rivière Sainte-Croix, sur la frontière actuelle entre les Etats-Unis et le Canada, leur paraissait la situation parfaite à fonder une habitation de traite. Son emplacement près du confluent entre deux rivières et une baie menait à la traite facile avec les Premiers Peuples. De plus, c'était un endroit facile à défendre contre les attentats d'autres pays européens, dont les possibilités étaient grandes.

Cependant, l'île isolée s'est révélée un choix malheureux. Puisque l'île Sainte-Croix et la France se trouve environ sur la même latitude, ils pensaient que le temps serait comparable.

L'hiver de 1604 –1605, pourtant, était historiquement l'un des plus froids, et les colons n'étaient pas prêts. Des blocs de glace dangereux ont empêché les hommes d'atteindre la terre ferme où se trouvaient de l'eau douce et du gibier. Trente-cinq sur soixante-dix-neuf sont morts, plusieurs du scorbut et les autres de la malnutrition ou du froid.

Pendant l'été de 1605 la colonie a déménagé pour s'installer de l'autre côté de la Baie française (aujourd'hui la Baie de Fundy). Là, ils ont fondé l'Habitation de Port-Royal (près d'Annapolis Royal, en Nouvelle Ecosse aujourd'hui).

Il y avait de grandes espérances que cette nouvelle colonie devienne poste de traiteet le centrede colonisation tout le long de la côte. Mais le désir des autres individus européens était grand aussi! Ainsi, l'appui en France pour le monopole de Dugua diminuait.

De plus, les anses boisées et découpées de la péninsule de la Nouvelle-Ecosse, les forêts denses du fleuve Saint-Jean, et les nombreuses baies et plages du Cap Breton et de l'île du Prince- Edouard ont rendu impossible l'application de ce monopole de la traite des fourrures, y déjà retranchée.

Aussitôt qu'ils avaient commencé la construction de l'habitation du Port Royal, Dugua––n'abandonnant pas son intention de coloniser et explorer dans la Nouvelle-France––est rentré en France chercher des moyens de défendre son monopole et présenter ses succès au roi. Samuel Champlain est resté à Port Royal pour continuer ses explorations.

Entre 1607-1608, le monopole de Dugua s'est rétabli, permettant une continuation du poste detraiteà Tadoussac et l'établissement de Québec qui se servirait du poste de traitede Champlain et le point de départ pour l'exploration vers l'ouest. L'engagement et la volonté de Pierre Dugua aux dépens de son propre gain ont permis lacontinuation d'exploration et de colonisation dans la Nouvelle-France.

Sa direction, son appui, et son encouragement à l'exploration révélés plus tard dans les oeuvres de Champlain et de Marc Lescarbot représentent un rôle très important de sa part.

Last updated: July 8, 2016

Contacter le parc

La poste:

P.O. Box 247
Calais, ME 04619

Téléphone:

(207) 454-3871

Contactez-nous