French Translation

SAINT-GAUDENS

CARTE OFFICIELLE ET GUIDE

SAINT-GAUDENS À "CORNISH"

Augustus Saint-Gaudens vient pour la première fois à Cornish en 1885. Il loue une vieille auberge qui appartient à son ami et avocat, Charles C. Beaman, pour l'été. Il adapte la maison à ses besoins et convertit la grange à foin en atelier. Saint-Gaudens finit par aimer l'endroit et finalement l'achète en 1892. La famille continue à passer l'été à Cornish jusqu'en 1900, date à laquelle la maison devient leur résidence principale. Saint-Gaudens donne à la propriété le nom d'"Aspet" en souvenir de la ville natale de son père en France. Au fil des ans Saint-Gaudens aménage le terrain de la propriété avec des jardins et des haies; il créé un espace de loisirs, équipé d'une piscine, d'un jeu de boules et d'un golf à neuf trous. Construite vers 1800, la maison est entièrement remodelée: un escalier en forme de courbe avec un cabinet de travail sont rajoutés ainsi que des nouvelles chambres, un solarium, des lucarnes et une immense véranda à colonnes.

Alors qu'il devient célèbre et que les commandes abondent, Saint-Gaudens construit un grand atelier où ses assistants peuvent travailler. Saint-Gaudens devient une sorte de producteur exécutif, il développe les concepts, créé les maquettes des sculptures et dirige ensuite ses assistants dans l'accomplissement de l'oeuvre. En 1904, le grand atelier brûle détruisant la correspondance, les cahiers de dessin et plusieurs oeuvres en cours du sculpteur. Une nouvelle structure qu'il appelle l'atelier des Caryatides est rapidement construite, mais en 1944, elle aussi est détruite par un incendie.

Beaucoup d'autres artistes célébres suivent Saint-Gaudens à Cornish, formant ainsi la "Colonie Cornish;" parmi eux des peintres tels que Maxfield Parrish, Thomas Dewing, George de Forest Brush, Lucia Fuller et Kenyon Cox, le dramaturge Percy MacKaye, l'écrivain Winston Churchill, l'architecte Charles Platt et les sculpteurs Paul Manship, Herbert Adams et Louis St. Gaudens, le frère d' Augustus. Ces artistes créent une atmosphère sociale dynamique au centre de laquelle se trouve Saint-Gaudens.

En 1905, des membres de la colonie d'art produisent la pièce, "L'un de nos masques: les Dieux et la boule en or" ("A Masque of Ours: The Gods and the Golden Bowl") sur le site pour célèbrer les 20 ans de Saint-Gaudens à Cornish. La scène, en forme de temple grec, fut recréée plus tard en marbre et constitue aujourd'hui le lieu où reposent Saint-Gaudens et sa famille.

A sa mort en 1907, la colonie d'art s'est dispersée peu à peu. Aspet demeure cependant la mémoire de la "Colonie Cornish" et l'oeuvre d'un des plus grands sculpteurs des Etats-Unis.



"Le travail d'un sculpteur dure si longtemps qu'il est presque un crime pour lui de négliger de faire tout ce qu'il peut pour produire un résultat qui ne sera pas un déshonneur."

Sculpteur de la Renaissance américaine

Augustus Saint-Gaudens est né le 1 mars 1848 à Dublin en Irlande d'un père français cordonnier de métier et d'une mère irlandaise. Six mois après sa naissance, la famille émigre à New York où Augustus grandit. Après avoir fini l'école à 13 ans, Saint-Gaudens désire profondément poursuivre une carrière artistique: il devient apprenti chez un sculpteur de camées. Il travaille sur un tour à camée, et suit des cours d'art à Cooper Union à New York et à L'Académie Nationale de Dessin.

A l'âge de 19 ans, son apprentissage terminé, et décidé à devenir sculpteur, il voyage à Paris pour étudier à la célèbre Ecole des Beaux Arts. En 1870, il quitte Paris pour Rome où, pendant cinq ans, il étudie l'art classique et l'architecture, et travaille sur sa première commande. A Rome, Saint-Gaudens rencontre également une étudiante d'art américaine, Augusta Homer, avec laquelle il se mareria plus tard. En 1876, il se lance dans son premier grand projet: un monument en l'honneur du héros de la Guerre Civile, l'Amiral David Glasgow Farragut. Présenté à New York en 1851, l'oeuvre est un grand succès; le mélange de réalisme et d'allégorie exprimés dans cette oeuvre puise son origine dans la sculpture américaine précédente. Saint-Gaudens devient de plus en plus connu et d'autres commandes se présentent rapidement.

La renommée toujours plus grande de Saint Gaudens lui permet de poursuivre son intérêt profond pour l'enseignement, une activité qu'il entreprend régulièrement de 1888 à 1897. Il donne des cours privés à des jeunes artistes, enseigne à la Ligue des étudiants en Art et s'entoure d'un certain nombre d'assistants. Saint-Gaudens devient aussi conseiller artistique à l'Exposition colombienne en 1893 et soutient passionément l'Académie américaine de Rome. Il fait partie de la Commission Macmillan qui émet des recommandations quant à la préservation et au développement architecturaux et artistiques de la capitale de la Nation.

Les monuments publics de Saint-Gaudens tels que le Monument à Sherman à "Central Park" à New York, son "Lincoln debout" ("Lincoln standing") à Chicago, une des représentations la plus recherchée du Président de la Guerre Civile, constituent le plus grand héritage laissé par Saint-Gaudens. Imprègnés d'un réalisme en même temps que d'un idéalisme, les monuments de Saint-Gaudens ont une qualité dynamique jamais vue auparavant dans la sculpture américaine. Le monument au Général William T. Sherman est un exemple dramatique de cette approche, avec la "Victoire ailée" ("winged Victory") accompagnant un Sherman déterminé dans sa marche vers la mer. Il créé d'autres sculptures publiques distinctives et durable telles que le "Mémorial à

Adams", "le Monument à Peter Cooper" et "le Monument au Gen. John A. Logan". Le "Mémorial à Shaw" présenté à Boston en 1897 constitue sans doute son achèvement le plus important. Décrit comme "la symphonie en bronze de Saint-Gaudens," il lui a fallu 14 ans pour terminer ce chef d'oeuvre.

Saint-Gaudens constitue le chef de fil de l'intégration de l'architecture, de la conception des paysages et de la sculpture de monuments. Il collabore avec des architectes de renom tel que Sanford White pour créer des cadres uniques et innovants pour ses oeuvres.

En 1900, alors qu'il découvre qu'il est atteint d'un cancer, Saint-Gaudens décide de faire de "Cornish" sa résidence principale. Pendant les sept années qui ont suivi, en dépit d'une énergie qui va en diminuant, il continue à créer régulièrement des reliefs ainsi que des sculptures publiques. Après son décès le 3 août 1907, sa femme et leurs fils, Homer, continuent à passer l'été à Aspet. En 1919, ils établissent le "Mémorial à Saint-Gaudens", une organisation qui a pour but de conserver le caractère historique du site. En 1965, le Mémorial fait don de la propriété au Service National des Parcs.

Camées, Médailles et Monnaies

Saint-Gaudens commence sa carrière artistique en travaillant sur les camées, des sculptures miniatures en relief. Apprenti chez un tailleur de camées pendant six ans durant sa jeunesse, il créé toute une série de camées merveilleusement délicats en coquillage et en pierre. Plus tard dans sa vie, il conçoit d'autres chefs-d'oeuvres en miniature: des médailles et des monnaies. Il fait que des médailles commémoratives pour le centenaire de l'investiture de Georges Washington en 1889, pour l'Exposition Mondiale Colombienne en 1893 à Chicago et à l'occasion de l'investiture de Théodore Roosevelt en 1905 il crée une médaille toute spéciale. A la demande du Président Roosevelt en 1904, Saint-Gaudens dessine trois pièces pour la Monnaie américaine: une pièce de un centime et les pièces en or de dix et vingt dollars. Roosevelt et Saint-Gaudens voulaient évoquer la beauté des hauts-reliefs des pièces de la Grèce et de la Rome Antique. Avec ce projet, Saint-Gaudens devient le premier sculpteur à avoir dessiné entièrement une pièce américaine. La production de ces pièces en or avec un tel haut-relief pose quelques problèmes au départ mais finalement elles sont émises quelques mois après la mort de Saint-Gaudens en 1907. Ces pièces furent battues jusqu'en 1933. La face de la pièce de vingt dollars: "l'aigle double" ("double eagle") représente la liberté debout, on retrouve ce dessin aujourd'hui encore sur les pièces en or des Etats-Unis. Aux yeux de plusieurs artistes et collectionneurs, les pièces de Saint-Gaudens restent les plus belles pièces américaines.

Portraits reliefs

Les portraits en relief figurent parmi les réalisations les plus importantes de Saint-Gaudens. Considéré comme le genre de sculpture le plus complexe et le plus difficile, le bas-relief est souvent comparé à un dessin à la craie. En tant que tel, le relief ne tient pas compte de la forme réelle mais de l'apparence de la forme. Les détailles et la perspective doivent être transmis par la lumière qui tombe subtilement sur les contours de la sculpture.

Les reliefs de Saint-Gaudens se retrouvent dans une variété de matériaux comprenant le bronze, le bois, le marbre et le plâtre. Ces reliefs sont empreints d'une vitalité rarement vue dans ce style. Son travail montre non seulement la beauté de la composition mais aussi la subtilité de l'expression et une compréhension de la personnalité du sujet. Kenyon Cox, spécialiste en peintures murales a dit de Saint-Gaudens qu'il était le maître incontesté des reliefs depuis le 15ème siècle.

Plusieurs personnalités célèbres tels que Cornelius Vanderbilt et Samuel Gray Ward, ont demandé à Saint-Gaudens de faire des portraits d'eux-mêmes et ceux de leur famille. Ainsi, Saint-Gaudens produit plus d'une centaine de portraits en relief, allant de la composition en bas-relief tels que ceux de sa femme Augusta, ou du voisin de son fils William E. Beaman, ou bien encore celui de l'auteur Robert Louis Stevenson, qui est l'un des plus célèbres, jusqu'au très haut-relief de Louis Howland.

VISITE DE SAINT-GAUDENS

Bienvenue à la maison, les jardins et les ateliers de l'un des plus grands sculpteurs des Etats-Unis. Ceci fut la résidence de Saint-Gaudens de 1885 à 1897, et sa résidence permanente de 1900 jusqu'à sa mort en 1907. Ci-après figurent les lieux d'intérêt de ce site, les numéros devant chaque site correspondent à un emplacement sur le dessin.

1 Le Petit Atelier

Construit en 1904 d'après les plans de l'architecte George Fletcher Babb, ce bâtiment a remplacé une grange que Saint-Gaudens avait auparavant transformé en atelier pour pouvoir travailler sur le Monument "Lincoln Debout" ("Lincoln Standing"). Ses assistants ont agrandi et terminé les croquis de ce monument dans un atelier beaucoup plus grand détruit par un incendie en 1944. Après un voyage en Italie en 1889, Saint-Gaudens dessine la pergola avec des colonne ioniques. Les murs de stuc rouge et les moulages de la frise du Parthénon complètent l'effet de style méditerranéen souhaité. Aujourd'hui, le bâtiment abrite des oeuvres de Saint-Gaudens, un musée-boutique se trouve à la place de l'ancienne salle de moulage du plastique.

2 Aspet

Construite vers 1800, cette maison en brique de style fédéral était à l'origine une auberge connue sous le nom de "La Folie d'Huggins" (Huggin's Folly). Saint-Gaudens la rebaptise "Aspet" du nom de la ville natale française de son père. Après 1885, Saint-Gaudens ajoute des lucarnes et sur le versant ouest une véranda à colonnes ioniques. La maison contient toujours les meubles et les objets décoratifs provenant des voyages de Saint-Gaudens. L'arbre majestueux devant la maison est un caroubier sans épines planté en 1886.

3 Le Jardin Floral

On y trouve des plantes vivaces d'une autre époque entourées de pins et de sapins du Canada qui rappellent les jardins formels italiens. Saint-Gaudens s'est impliqué dans tous les aspects de l'organisation et du développement du paysage.

4 Le Mémorial à Adams (1891/1974)

C'est une reproduction de la sculpture funéraire commandée par l'historien, Henry Adams, pour sa femme Clover; l'original se trouve dans le cimetière de Rock Creek à Washington, D.C. Adams intitula la sculpture "La paix de Dieu" ("Peace of God"), Saint-Gaudens quant à lui "Le Mystère de l'au-delà...au-delà de la souffrance et de la joie" ("The Mystery of the hereafter... beyond pain and beyond joy").

5 Le terrain de jeu de boules

Saint-Gaudens utilisait cet espace pour jouer aux boules.

6 Le Mémorial à Shaw (1897/1901)

C'est la version finale de Saint-Gaudens du monument commémorant le service pendant la Guerre Civile du 54ème Régiment des Volontaires Africains-Américains de l'état du Massachusets.

7 L'étable et la glacière

Construite en 1885 et rénovée en 1891, la glacière servait à garder des blocs de glace provenant de l'étang avoisinant pendant l'hiver. Sont exposés également des voitures à chevaux parmi lesquelles un traîneau.

8 Le Jardin

Jadis un jardin potager, aujourd'hui ce terrain est planté de fleurs chaque année de manière à entretenir les arrangements floraux. Un effort est fourni pour propager des variétés de plantes historiques.

9 Le Monument à Farragut (1881)

Cette statue commémorant l'Amiral de la Guerre Civile, David Glasgow Farragut représente la première commande passée à Saint-Gaudens pour un monument public. L'architecte Stanford participe à la conception du piédestal, ce fut la première de ses nombreuses collaborations avec Saint-Gaudens. L'immense succès rencontré par cette oeuvre confirme la réputation de Saint-Gaudens de sculpteur de tout premier plan.

10 La Galerie de peinture

En 1948, cette dépendance originale est transformée en galerie accueillant des expositions d'art itinérantes sponsorisées par les administrateurs du Mémorial à Saint-Gaudens.

11 La Nouvelle Galerie

En 1948, quatre ans après l'incendie qui a détruit l'atelier des Caryatides à deux étages et demi, les administrateurs du Mémorial à Saint-Gaudens ont transformé les deux dépendances qui restaient en galeries d'expositions. L'architecte John Ames a ajouté au complexe une piscine et un atrium de style romain. Les expositions comprennent les portraits en relief, les dessins des pièces en or américaines de 1907, les médailles et les camées crées par Saint-Gaudens.

12 L'atelier du Ravin

Construit vers 1900 et utilisé par les assistants de Saint-Gaudens pour tailler le marbre, ce bâtiment servait également pour la production de sculptures après l'incendie de 1904. Restauré en 1969 il sert maintenant d'atelier aux sculpteurs séjournant sur le site.

13 Le Chemin du Ravin

Cette visite auto-guidée vous mène le long d'un sentier d'environ 400m en pleine nature, qui commence à l'Atelier du Ravin et suit un ancien chemin de terre longeant le Ruisseau "Blow-Me-Up". Ce chemin s'arrête au Temple. A l'extrémité inférieure se trouve la piscine construite par Saint-Gaudens.

14/ Le Temple

Conçu en 1905, c'est à l'origine une scène de théâtre pour représenter une pièce créée par les artistes de la "Colonie Cornish" afin de célébrer le 20ème anniversaire de l'arrivée de Saint-Gaudens à Cornish. Le Temple reconstruit plus tard en marbre abrite aujourd'hui les dépouilles mortelles de la famille Saint-Gaudens.

15/ Le Chemin "Blow-Me-Down"

Ce chemin de randonnée panoramique long de 3,2 km (2 miles) descend jusqu'à l'étang et traverse l'espace naturel "Blow-Me-Down" qui représente une aire de 40 hectares de bois peuplés de rangées d'immenses pins blancs.

Au sujet de votre visite

Le Site National Historique de Saint-Gaudens se trouve tout près de la route 12A du New Hampshire à Cornish dans le New Hampshire. Il est situé à 20 km (12 miles) au sud de West Lebanon dans le New Hampshire, 20 km (12 miles) au nord de Claremont dans le New Hampshire et 3,2 km (2 miles) de Windsor dans le Vermont. Depuis Windsor, traversez le pont couvert et tournez à gauche sur la route 12A du New Hampshire. Vous pouvez également y arriver en prenant la sortie 20 (West Lebanon) sur la I-89 et suivre la direction sud sur la 12A ou prendre la sortie 8 (Ascutney) sur la I-91 et suivre la direction est sur la route 12A.

Il n'y a ni téléphones publics ni service de restauration ou terrains de camping dans le parc. Ces services sont à votre disposition dans les communautés avoisinantes. Les toilettes se trouvent sur l'aire de parking et sont accessibles aux personnes handicapées.

Horaires et prix

Saint-Gaudens est ouvert tous les jours de fin mai jusqu'à fin octobre. Les bâtiments sont ouverts de 9h00 à 16h30 et les espaces en plein air jusqu'au coucher du soleil. L'entrée est payante pour les personnes de plus de 16 ans. Etant un domaine fédéral, les cartes de réduction suivantes sont acceptées: "Golden Age", "Golden Access", et "Golden Eagle".

Pour votre securité

Soyez prudent lorsque vous traversez le parking. Dans le parc, les escaliers en marbre peuvent être glissants lorsqu'ils sont mouillés et les chemins en briques inégaux par endroit. Faites attention aux abeilles et sumacs vénéneux près de la forêt et sur les chemins.

Accessibilité

Certains bâtiments et espaces du site (Nos. 2, 3, 12, 13, 14 et 15) ne sont pas accessibles aux chaises roulantes. Des renseignements en Braille, des vidéos sous-titrées, des cassettes et des disques laser interactifs sont disponibles au petit atelier (No. 1).

Administration

Le Service National des Parcs du Ministère de l'Intérieur américain est responsable de l'administration du Site National Historique de Saint-Gaudens. Veuillez envoyer vos questions ou commentaires au: Superintendent, Saint-Gaudens National Historic Site, 139 Saint-Gaudens Road, Cornish, NH 03745-9704 ou téléphoner au (603) 675-2175.

This French translation was made through the generous volunteer efforts of Susan Buchanan, 1997.

Last updated: March 31, 2012

Contact the Park

Mailing Address:

139 Saint Gaudens Road
Cornish, NH 03745

Phone:

(603) 675-2175

Contact Us