• Lower Cliff Dwelling

    Tonto

    National Monument Arizona

Lower Cliff Dwelling floorplan - French

Lower Cliff Dwelling map

Lower Cliff Dwelling map

NPS map

Les Habitations troglodytes inférieures du TONTO NATIONAL MONUMENT

Il y a env. 1000 ans, le sud-ouest d’aujourd’hui était une sorte de chaudron des différentes cultures indiennes. De ce riche mélange de cultures est sorti un groupe, avec un style de vie indépendant et ce groupe est appelé aujourd’hui, par les archéologues: “les indiens Salado”. Des milliers d’entre eux vivaient dans le Bassin Tonto. L’agriculture était florissante, la végétation indienne suffisait à la demande de nourriture – les plantes pour leur médecine – les habitations les protégaient des intempéries et ils trouvaient diverses plantes qu’ils utilisaient pour tisser leurs vêtements. Autour de 1300, ils ont commencé à construire et à habiter les rochers que vous pouvez voir aujourd’hui.

Pour permettre aux futurs visiteurs d’entrer dans les habitations, nous devons aussi les protéger. C’est pour cette raison que nous demandons instamment aux visiteurs actuels DE NE PAS S’ASSEOIR, DE NE PAS S’APPUYER OU MEME DE TOUCHER LES PAROIS FRIABLES.

Votre visite des habitations va être un événement rare et exceptionnel pour vous car ce que nous appelons les troglodytes inférieures ne consistent pas uniquement en de vieilles pierres, en planches de bois fragiles et en glaise. C’est plutôt le squelette d’une agglomération, dans laquelle sont nés, ont vécu, ont travaillé et sont morts des êtres humains. Ici ont joué, il y a bien longtemps, des enfants qui sont devenus des adultes qui ont aimé et étaient aimés.

Pour imaginer pleinement ce monde, essayez un instant de retourner en pensée 750 années en arrière quand ces habitations étaient pleines de gens qui vaquaient à leurs occupations quotidiennes.

Les numéros de la carte ci-dessus vous montrent, comment était utilisée l’agglomération:

1: La grande pièce à l’emplacement du bord supérieur de l’escalier était l’endroit le plus récent des habitations. Comme les chambres de la partie gauche, elle était construite sur deux étages, mais moins protégée, ce qui fait qu’avec le passage du temps, l’érosion a provoqué son délabrement.

Les toîts plats étaient probablement les endroits, où les vieux habitants souffrant de blessures ou d’arthrite se réchauffaient pendant les journées chaudes. Les personnes entre 30 et 40 ans étaitent à la fin de leur vie rude. D’autres habitants étaient également sur les toîts. Des hommes construisaient de l’outillage ou tissaient. Les enfants jouaient au bord des toîts protégés par une rambarde.

2: A gauche, vous entrez dans ce qui reste du complexe d’habitation. Dans cette pièce de deux étages vous pouvez constater une petite ouverture dans la paroi du 2ème étage. Depuis cet endroit, on pouvait, à partir d’une échelle, observer l’entrée d’origine des lieux. Des ouvertures en haut de la paroi, montrent, encore aujourd’hui, où était le toît et la rambarde en dessus.

3: Montez les 5 marches de l’escalier en pierre et tournez-vous vers la gauche. L’ouverture en V dans la paroi rugueuse était la seule entrée dans la pièce et de ce fait, plus facile à défendre. Les habitants montaient depuis une échelle extérieure, souvent chargés de lourds récipients d’eau, ou d’une charge de mais, ou d’autre nourriture sur leurs épaules.

L’ouverture à votre droite, montre une petite chambre avec une ouverture formant un demi T, ce qui représente l’ouverture d’une porte. Cette ouverture empêchait les forts courants d’air et formait un appui pour passer la porte, tout en gardant l’équilibre en se baissant. Les bâtisseurs originaux tiraient profit d’un abaissement naturel de la caverne pour construire cette pièce, laquelle n’avait plus besoin de toît. Est-ce que cette pièce était utilisée comme grenier à nourriture ou comme pièce de vie quotidienne, nous ne le savons pas.

4: Dans cette pièce habitait une famille. Typique de cet endroit les parois épaisses de pierre et de glaise. La poutre porteuse du toît est soutenue par un poteau vertical et central. Au-dessus de la poutre sur votre droite, se trouvent des poutres plus petites. Une épaisseur de piquets de saguaro (le saguaro est l’immense cactus que vous voyez dans le parc), ainsi que quelques centimètres d’épaisseur d’argile finissaient le toît. Cette construction solide formait le sol de l’étage supérieur dans lequel habitaient d’autres familles qui cuisinaient dans un âtre ouvert. L’âtre était habillé d’argile et se trouvait à quelques pas de l’entrée. Les indiens Salado devaient surveiller cet âtre constamment pour éviter un incendie, qui pouvait détruire leur toît. De tels incendies n’étaient pas inhabituels.

5: Ce passage montre que l’établissement s’agrandissait. Vous quittez justement la nouvelle partie et à travers l’immense hall devant nous se trouve une des pièce les plus anciennes. Regardez à l’intérieur et imaginez-vous de vivre dans cette obscurité. C’est ici que dormaient les habitants et aussi où ils gardaient de la nourriture. La plus grande partie de la journée, ils la passaient à l’air libre, aux places de travail communautaire ou sur le toît. Regardez l’overture, par laquelle ils arrivaient sur le toît.

Les adultes mesuraient environ 150 à 180 cm et devaient se baisser pour passer ces petites ouvertures qui servaient de portes. Plus les entrées étaient petites moins la chaleur se perdait.

6: Quand les indiens Salado sont entrés dans cet établissement, la grosse pierre marquait la partie basse du mur extérieur de cette pièce. Cette grosse pierre était tombée de la voûte de la caverne. Les habitants l’ont simplement incorporée dans leur architecture. Quand l’homme moderne a découvert cette endroit, l’ouverture de la partie arrière était bloquée. Comme cette pièce était plus récente que celle à l’arrière, l’ouverture était probablement un peu masquée pour permettre aux personnes d’avoir un peu de vie privée.

Partout dans l’habitation, vous voyez les murs et plafonds noircis par la fumée et vous vous demandez comment pouvaient vivre les habitants dans ces pièces remplies d’air enfumé et qui sentait le renfermé. Probablement qu’ils avaient l’habitude et appréciaient la chaleur du feu pendant les nuits d’hiver. En revanche, nous pouvons aussi apercevoir comment les habitants blanchissaient les murs avec de la glaise fraîche et claire. Est-ce qu’ils l’ont fait pour les consolider ou pour les éclaircir? Est-ce que les empreintes que l’on peut voir encore aujord’hui étaient faites par des hommes ou des femmes ou est-ce que les enfants aidaient à la tâche?

7: Des preuves tendent à montrer que les indiens Salado dormaient sur des nattes. C’est pour cette raison qu’il fallait un sol plat et lisse. Dans cette pièce fermée, vous voyez des morceaux du sol d’argile original. Les êtres qui vivaient ici ont nettoyé le sol des débris de roches, l’ont rempli avec de la boue, pour obtenir une surface lisse et ensuite, l’ont scellé avec de l’argile. Après avoir séché, la surface du sol était dure, lisse et plate. Des sols ressemblants se trouvaient partout dans l’établissement, mais au fur et à mesure des années, ils ont été déteriorés et détruits.

Regardez bien le “pilon” à blé ou “Metate” – “plat de pierre”. Des adultes, probablement des femmes, passaient plusieures heures par jour pour piler le mais et d’autres sortes de blé. Des résidus de ce “metate” étaient donc en grands nombres dans la nourriture, ce qui usait déjà les dents dès les jeunes années. Probablement que la plupart souffraient d’infections et d’abcès des gencives.

8: Cette grande pièce ouverte servait probablement d’endroit de travail communautaire, de place de jeux pour les enfants ainsi que de pièce de réunion. Des femmes se rencontraient pour piler le mais (à droite vous remarquerez les deux trous circulaires du pilon), cuisiner, bavarder avec leurs voisins en surveillant les enfants. Les niches le long du mur arrière étaient une bonne place pour garder de la nourriture.

Ici, on se rassemblait également pour discuter les affaires communautaires, échanger de la nourriture et des idées et excercer des activités de groupe. Comme les indiens d’aujourd’hui, les indiens Salado possédaient probablement une profonde religion enracinée, qui influençait toutes les activités de leur vie quotidienne. Cette pièce était certainment aussi utilisée pour ces fonctions.

Les indiens Salado ont habité cet endroit pendant 100 ans. Ils pratiquaient le commerce avec d’autres tribus voisines, se développaient et leur nombre augmentait. Longtemps avant l’arrivée de Christophe Colomb, certainement autour des années 1450, ils se sont dispersés et ont quitté leurs habitations dans le coin des rochers. Probablement que d’autres tribus indiennes les ont chassés ou alors c’est la sécheresse qui les a forcés à rechercher d’autres terres fertiles. Comme ils n’ont laissé aucune écriture, ce ne sont que des suppositions.

Plantes communes du desert, utilisées par les indien Salado:
Plante Partie utilisée Utilisation
Yucca tiges, bourgeons, boutons
pointe de la feuille
fibre

racine
nourriture
aiguille à coudre
habits, sandales
nattes à dormir

savon
Figue de Barbarie grande feuille de cactus
fruit
nourriture
Mesquite gousse et semence nourriture
Saguaro (cactus géant du parc) fruit
piquet “cotes”
nourriture
construction de plafond
Agave feuille
coeur de l’agave
ficelles, sandales
filet
nourriture


Une exposition intéressante de la vie des indiens Salado – leur agriculture, la chasse, l’habillement et artisanat – est exposée au “visitor center”. Nous vous invitons vivement à regarder cette exposition.

Le Tonto National Monument est administré par le Service des parcs U.S. Département de l’intérieur. Contact: Superintendent, 26260 N Az Hwy 188 #2, Roosevelt, AZ 85545. Téléphone (928) 467-2241. E-mail: TONT_Superintendent@nps.gov

Si vous ne désirez pas garder cette brochure, donnez-la, s.v.p. à une autre personne. Vous pouvez également la rendre au “visitor-centre”. Merci beaucoup.

Did You Know?